INTEGRATION DE GEMALTO DANS THALES, QU’EN PENSEZ-VOUS ?

L’avancement du rachat de Gemalto par Thales :

Toutes les informations convergent : le Rachat de Gemalto par Thales est en bonne voie et devrait se finaliser au 1er trimestre 2019. Les dernières autorisations nationales se concrétisent, et la vente des activités HSM de Thales est lancée, pour satisfaire la close conditionnelle de la commission européenne. Alors, Gemalto sera intégré au sein du Groupe Thales, en tant que société juridique à part entière, au moins dans un premier temps. C’est à partir de ce moment-là que le processus d’intégration social, structurant pour tous les salariés, pourra commencer.

Le processus d’intégration social :

Dans un premier temps rien ne changera et les accords de Gemalto continueront à s’appliquer aux salariés de Gemalto. Mais la volonté du groupe Thales est de faire rallier rapidement les salariés de Gemalto aux accords et dispositions Thales. Le processus d’intégration social débutera dès le 2èm semestre 2019. Tout ceci a été confirmé aux organisations syndicales représentatives au niveau du Groupe Thales (CGT, CFDT, CFE-CGC et CFTC) lors d’une réunion sur l’agenda social 2019. La CGT inclura nécessairement des représentants de Gemalto dans sa délégation, n’hésitez donc surtout pas à vous rapprocher d’eux.

Les points qui ne posent pas de problèmes :

Plusieurs sujets ne posent pas trop de problèmes de ralliement aux accords Groupe Thales, de par des situations entre Gemalto et Thales proches, et le fait que les accords Gemalto sur ces sujets arrivent à terme :

  • L’égalité professionnelle femme/homme : l’accord cadre Thales peut s’appliquer facilement
  • Le Handicap : l’application de l’accord Groupe Thales peut être direct
  • Le télétravail : l’accord Gemalto arrive à échéance fin juin, l’accord cadre Thales pourra alors se décliner.
  • La participation et l’intéressement : Les accords groupe Thales de mutualisation nécessiteront l’adhésion de la société Gemalto.

Les points plus délicats :

Plusieurs sujets seront par contre plus délicats et nécessiteront nécessairement une adaptation comme :

  • La prime d’ancienneté pour les mensuels : Chez Gemalto, la prime d’ancienneté est calculée sur le salaire réel, alors qu’à Thales elle est calculée sur le minimum hiérarchique, ce qui est nettement moins favorable aux salariés.
  • Le forfait-jours pour les ingénieurs et cadres : A Thales, il est en moyenne de 210 jours par an, de 206 à 214 jours suivant les sociétés, alors qu’à Gemalto il est de 217 jours. Ce point est important pour la direction de Thales, et d’ailleurs la renégociation de l’accord cadre sur le temps de travail vient de commencer, pointant notamment le forfat-jours.

Vous pouvez retrouver tous les accords Groupes Thales sur nos sites internet : http://cgtthales.fr/ et http://www.thadis.com/ pour l’accord sur les dispositions sociales applicables à tous les salariés du Groupe.

Les propositions de la CGT :

A Thales comme à Gemalto, la CGT est une force de propositions afin de défendre les intérêts individuels et collectifs de tous les salariés, de l’ouvrier aux ingénieurs et cadres.

Dans le processus d’intégration social de Gemalto, la CGT défendra une harmonisation des accords par le mieux disant social, et ce d’autant plus que le Groupe Thales se porte bien et en a largement les moyens.

Mais la CGT intervient aussi dans la stratégie du Groupe, en étant notamment la seule organisation syndicale à porter une réelle démarche de plus grande diversification de Thales vers des activités civiles, plutôt que ses activités militaires et  de défense. Ainsi La CGT Thales porte depuis plus de 6 ans maintenant le projet de construction d’une filière française de l’industrie du médical, qui fait cruellement défaut à notre pays. Vous pouvez retrouver notre projet sur notre site internet dédié : http://imageriedavenir.fr/

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.